Etre féministe maintenant. Pourquoi?

Je suis féministe maintenant

Parce que je défends les droits de la personne humaine, et je refuse la hiérarchisation des sexes.

Je suis féministe maintenant

Parce que je veux réaliser l’égalité dans le respect de l’autre.
Un constat, en exemple: la société impose aux hommes d’être toujours compétitifs au travail, privés de la relation avec l’enfant et des soins de la famille.
La mixité partout: au travail, en politique, à l’école.
La parité, vivre et décider en pairs, ensemble, à égalité.

Je suis féministe maintenant parce que je veux construire

Un monde libre: la fin de l’asservissement sexuel, idéologique, économique, partout sur la planète.
Un monde démocratique: le pouvoir ne doit plus être confisqué par une minorité qui cumule les mandats ou occupe tous les postes de décision.
Un monde juste: afin que partout et pour chacun et chacune les chances soient égales pour l’éducation, la santé, la capacité d’assurer sa vie matérielle et pour l’accès à la culture et à l’expression créative.
Un monde laïque: les femmes n’ayant jamais rien eu à gagner d’un ordre religieux.

Je refuse que les femmes soient

asservies:
Enfermées, voilées, réduites à la domesticité, mariées de force, assignées à la résidence du mari.
écartées:
Des lieux de décision politique
En France sur 22 régions, une seule femme est présidente, 8,5% des députés et 13,5% des conseillers généraux sont des femmes.
Des lieux de décision économique : les C.A. des grandes entreprises comptent seulement 5% de femmes. Elles sont également très rares à diriger des entreprises de plus de 50 salariés.

Je refuse les inégalités sociales entre les femmes et les hommes

En France, les emplois non qualifiés du secteur tertiaire sont tenus à 80% par des femmes.
27% des femmes travaillent à temps partiel (en grande partie contre leur gré) pour 4,7% des hommes.
Les femmes gagnent en moyenne 27% de moins que les hommes.
La majorité des travailleurs pauvres en France sont des femmes travaillant à temps partiel, ou qui sont au chômage.
Les familles monoparentales ont assumées à 85% par des femmes.

Je refuse le maintien des stéréotypes de sexe et le sexisme

L’instrumentalisation et l’exploitation commerciale du corps des femmes, la dictature du top modèle, les injures sexistes, le harcèlement sexuel, la prostitution.
Le renvoi des femmes à deux rôles inconciliables : la maman et la putain
La dévalorisation et l’invisibilité des charges assumées par les femmes, de la naissance à la mort.

Je refuse les atteintes à l’intégrité physique et à la vie des personnes humaines

Les violences conjugales, l’inceste, le viol, les mutilations, l’excision, la lapidation, l’avortement sélectif des filles.
Je refuse que, dans le monde, une femme meure toutes les 4 secondes du fait qu’elle est femme.

Je suis féministe et maintenant, j’agis

Je propose, en Europe

  • Que l’égalité des femmes et des hommes soit expressément garantie et promus par le traité établissant la constitution européenne.
  • Que des mesures positives soient adoptées pour améliorer la situation des femmes dans tous les domaines et dans tous les pays de l’Union Européenne, selon la clause de l’alignement sur le modèle le plus favorable.
  • Que les acquis obtenus dans un pays soient étendus aux autres pays (droit immuable à l’I.V.G. en particulier).
  • Que les lois sur la violence et les discriminations envers les femmes soient identiques dans tous les pays de l’Union, qu’elles soient alignées sur les plus sévères et soient appliquées partout en Europe.

Je propose en France

  • L’interdiction ou la limitation du cumul des mandats.
  • La généralisation de la parité et l’extension de son principe à tous les postes politiques et de décision.
  • L’obligation pour les entreprises de mettre en œuvre la politique d’égalité professionnelle sous peine de sanctions.
  • La mise en place des structures nécessaires pour que chacun, à égalité, homme ou femme, puisse choisir de tenir les rôles, économique, parental et social.
  • La majoration des taux de cotisation pour les employeurs qui imposent le temps partiel.
  • L’obligation pour les services publics de reconnaître l’individu en tant que tel et non en fonction de son statut conjugal.
  • Le retrait des conventions nationales bilatérales préjudiciable au Droit des Femmes.
  • La reconnaissance du rôle économique de la maternité et de l’éducation des enfants, ce qui signifie l’intégration des congés qui y sont liés dans la carrière professionnelle et dans les calculs des retraites.

Hommes et femmes ensemble, féministes, nous exigeons maintenant

  • Que les rapports de genre et le respect de l’autre soient enseignés à l’école dès les premières années.
  • La stricte application des lois et mesures condamnant et pénalisant les injures sexistes et homophobes et les violences de tous ordres liées au sexe.
  • L’application stricte des lois et dispositions déjà existantes sur l’égalité des femmes et des hommes dans tous les domaines de la vie.
  • Que des mesures soient prises pour abolir la prostitution.
  • La condamnation des idéologies et religions qui n’admettent pas l’égalité des femmes et des hommes.

C’est pourquoi être féministe maintenant c’est travailler partout, ensemble, pour la réalisation de ces exigences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *